Rechercher un numero de téléphone, un e-mail, un pseudo impliqué dans une affaire de cybercriminalité

#    Attention!! Adresses utilisées par des suspects et potentiels cyberecriminels:                                                      
1. cabinet.claude.bernard.perso@yandex.com
2.Mlle Sandra Ferteux, sand-amour @live.fr, 225 02 91 14 69
3.Inspecteur Angui Eboi Alain, angui.eboi.a @gmail.com
4.cyber.criminalite.gouv @gmail.com
5.police.interpol338 @gmail.com
                                                                                                                                               Consulter la liste complète>> >>

 
 

 

Rechercher un numero de téléphone, un e-mail, un pseudo impliqué dans une affaire de cybercriminalité

COMMUNIQUE

En raison de la délocalisation du siège de la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT), les services d’assistance téléphonique 24/24h de la Plateforme de Lutte Contre la Cybecriminalité (PLCC) seront indisponibles pour une période de quinze (15) jours, à compter du Lundi 18 Août 2014. Cependant, les services de réception des plaintes et de demande d’assistance/information par e-mail restent accessibles.
La Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques s’excuse pour les désagréments occasionnés par cette indisponibilité temporaire des services cités.

Pour de plus amples informations, prière nous envoyer un e-mail à l’adresse : cybercrime@interieur.gouv.ci

La fausse relation amoureuse se solde par l'arrestation des deux cyberescrocs

Si le mode opératoire de cette technique d'escroquerie dite de « l'arnaque aux faux sentiments » n'a guère changé depuis de nombreuses années, force est de constater qu'un grand nombre de personnes se laissent encore abuser par cette supercherie. En effet, c'est sur une plainte déposée par une victime de nationalité Sénégalaise, que deux (02) individus répondant aux noms de « KOUDOU FRANCK EMMANUEL » et « TAPSOBA MANAGAD KETTE SULEMAN » ont été interpellé par la PLCC ce lundi 21 Juillet 2014 dans la commune de Marcory. Le nommé Koudou Franck Emmanuel était parvenu à créer l'illusion d'une relation amoureuse avec sa victime sous la fausse identité de « RICARDO CLAUDIO », un prétendu Européen résidant en Côte d'Ivoire.
En usant de prétextes divers Koudou Franck alias « Ricardo Claudio », s'est fait transférer des sommes d'argent d'un total de 170.000 FCFA au nom de son comparse, Tapsoba Managad.

Un individu mis aux arrêts pour des fraudes au transfert d'argent via "mobile money"

L'explosion de l'utilisation des moyens de transfert d'argent via téléphone mobile, entraîne incontestablement une hausse du nombre d'infractions liées à ce nouveau moyen de transaction, ces derniers mois. Cette tendance est confirmée par le nombre grandissant d'affaires de ce type, enregistrées par la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité. En effet, en sus des cas similaires déjà traités au cours des mois précédents, un suspect a été interpellé ce Vendredi 04 Juillet pour avoir effectué des mouvements illicites sur plusieurs comptes « mobile money », au préjudice d'un opérateur de la place.
L'individu répondant au nom de BALLO YAMONON ABDRAMANE est suspecté d'avoir ouvert illicitement des comptes et effectué des paiements frauduleux, au mépris des procédures et règles de sécurité édictées par l'opérateur pour le compte duquel il officie.

Un réseau de cybercriminels spécialisés dans les détournements de transferts d'argent mis en déroute

Les enquêtes menées contre ce groupe de cybercriminels particulièrement organisé, ont permis de mettre en lumière le niveau d'organisation dont peuvent faire preuve les cyberescrocs de nos jours. L'enquête a débuté suite à une plainte déposée par une victime de nationalité ivoirienne, pour retrait frauduleux d'un mandat portant sur la somme de 960.332 FCFA.

Deux cyberescrocs opérant depuis leurs domiciles interpellés par la PLCC

Deux individus répondant aux noms de GUIPIE ALAIN FRANCK alias « la monnaie québecoise » et ARMA TANNIE JEAN PHILIPPE, ont été mis aux arrêts par les équipes de la PLCC. Exploitant des informations transmises suites à de nombreuses plaintes reçues, les enquêteurs de la PLCC ont procédé à l'interpellation des suspects au sein de leurs domiciles. Les perquisitions effectuées dans les domiciles respectifs des suspects ont permis d'y récolter des preuves numériques témoignant des activités illicites menées par ces derniers. Ainsi, de nombreux faux documents (fausses cartes d'identités, faux documents financiers et bancaires, etc.) et des traces de mandats reçus sous de fausses identités ont été saisis.

Pages