Article

ATTENTION A VOS PROPOS SUR INTERNET

Les objectifs de la présence sur les réseaux sociaux diffèrent d’une personne à une autre. Certains l’utilisent pour renouer ou tisser des liens, d’autres pour lancer leur affaires ou pour promouvoir leurs activités. Internet ou les réseaux sociaux ne sont pas le lieu indiqué pour se faire justice soi-même. Le récit suivant étayera au mieux notre assertion.

Dame CTS a un profil Facebook qu’elle n’utilise pas que pour discuter avec ses amis. Elle est vendeuse et régulatrice d’un forum de sécurité. Avec l’avènement du e-commerce elle fait souvent des achats en ligne et y’a pris goût. Il faut dire que ce procédé est pratique pour les personnes au planning chargé. Un jour alors qu’elle navigue, elle tombe sur une publication de vente de sacs qui retient son attention. Intéressée, elle contacte sans attendre la vendeuse. Elles s’entendent sur le choix des sacs et sur une date de livraison. CTS décide de prendre deux sacs et demande à être livrée à son domicile vu son emploi du temps chargé. Au jour convenu pour la livraison, GAA délègue sa sœur GAT pour effectuer la tâche. Une fois sur les lieux, CTS trouve que les sacs sont beaucoup plus petits que sur les photos. Déçue, elle décide d’en prendre quand même un, chose que GAT n’apprécie guère. Elle le fait comprendre à CTS par des propos que cette dernière trouve discourtois. Elle ne prendra aucun des sacs finalement et paie juste la livraison. La livreuse se lance dans un vacarme au domicile de sa cliente mais est sommée de quitter les lieux par les vigiles. CTS retourne à ses activités, avec l’intention de tirer un trait sur cet incident regrettable. GAA ne l’entend pas de cette oreille. Elle harcèle CTS par des SMS odieux et blessants. Tout y passe: sa dignité, ses parents, son intimité et même l’état de santé de son fils. Elle est exposée, encore insultée dans des publications et vidéo en directe par les deux sœurs. N’en pouvant plus elle saisit la PLCC pour une plainte contre ces dames.

Les investigations de la PLCC ont permis de mettre la main sur GAT. Elle est conduite dans les locaux de la PLCC où elle est plus tard rejointe par sa sœur GAA aussi interpellée. Face aux preuves, elles reconnaissent les faits. Elles affirment avoir posé ces actions sous l’effet de la colère.

En définitive GAA et GAT peuvent être poursuivies pour menaces, diffamation, injures par SMS et sur Internet. Elles ont été mises à la disposition des autorités compétentes.