Article

[Burkina Faso] La CIL outille les élèves sous-officiers de la gendarmerie à la lutte contre la cybercriminalité

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL), en partenariat avec l’état-major de la gendarmerie nationale, a organisé, le jeudi 22 août 2019 à Bobo-Dioulasso, un atelier de formation sur la « cybercriminalité et les enjeux des réseaux sociaux et des téléphones portables », au profit des élèves sous-officiers de la 45e promotion de la gendarmerie nationale.

Selon le secrétaire général de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), Hamed Noël Ouédraogo, il est de coutume pour la CIL d’accompagner l’Ecole nationale des sous-officiers de la gendarmerie (ENSOG). En effet, les innovations technologiques permettent une manipulation d’importants volumes d’informations sur les personnes.

Ces informations font l’objet de convoitises par des individus mal intentionnés, voire d’attaques. La lutte contre cette nouvelle forme de criminalité impose que de nouvelles approches soient développées et que toutes leurs dimensions soient maîtrisées. C’est dans cette dynamique que s’inscrit la tenue de cette session de formation au profit des élèves sous-officiers de la gendarmerie.

Au cours de cette rencontre, les participants seront outillés sur de nombreuses thématiques, notamment le cadre juridique et institutionnel de la CIL, la cybercriminalité et les enjeux des réseaux sociaux et des téléphones portables. « La Commission de l’informatique et des libertés, en initiant cette session de formation au profit des sous-officiers de l’école de la gendarmerie nationale, veut sensibiliser ces derniers aux dangers liés à l’utilisation des technologies et sur les atteintes éventuelles à la vie privée des citoyens », a-t-il laissé entendre.

Pour le capitaine Stéphane Sessouma, commandant de l’ENSOG, cette session va permettre aux futurs agents de la gendarmerie nationale, de faire la connaissance de la CIL. « Elle vise également à sensibiliser ces derniers aux questions aussi importantes et d’actualité que sont la cybercriminalité, la protection des données à caractère personnel, le mode d’emploi des réseaux sociaux ainsi que du téléphone », a dit le capitaine Stéphane Sessouma. L’apparition et la montée en puissance de nouvelles formes de criminalité liées à l’évolution des nouvelles technologies de l’information et de la communication imposent en effet que le personnel en charge de la lutte contre cette criminalité soit formé en conséquence.

C’est pourquoi, le commandant de l’ENSOG a salué à sa juste valeur cette opportunité de formation et a exprimé toute sa gratitude à la délégation de la CIL. Au terme de cette formation, il est attendu que les participants puissent savoir d’abord quelles sont les missions et le rôle de la CIL. Mais aussi, qu’ils puissent se familiariser et savoir comment ils doivent se comporter avec Internet et le téléphone portable.

 

Source ici