Article

La diffamation sur la toile conduit à la prison

La diffamation est sanctionnée par la loi. Le cyberespace n’est pas une exception. Une fois de plus, la Plateforme de Lutte contre la Cybercriminalité (Plcc) a interpellé un internaute qui par manque de discernement a partagé de fausses informations sur des personnalités publiques en Côte d’Ivoire. 

En effet, à la faveur des élections locales d’octobre 2018, KAE a relayé des propos diffamatoires sur des personnalités publiques dont le Président de la République. Repéré par la Plcc après une plainte déposée par l’une de ces personnalités, il a été interpellé et conduit dans les locaux de la Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (Ditt). 

L’exploitation du matériel informatique en sa possession a permis de le lier au compte Facebook utilisé pour ces actes de diffamations. Interrogé, il a reconnu avoir relayé une information qu’il a vu sur les réseaux sociaux dans un groupe. Il a avoué avoir partagé cette information en connaissance de cause. 

En définitive, KAE pourrait être poursuivi pour diffamation. Il a été remis aux autorités compétentes qui statueront sur son sort.