Article

LE ‘‘SEXTING’’ EST UN VÉRITABLE DANGER!

Le ‘‘sexting’’ c’est l’envoi de messages et d’images sexuelles au moyen d’un téléphone ou des réseaux sociaux. Nous ne cesserons jamais de sensibiliser les internautes sur cette pratique, qui fait toujours des victimes. Envoyer ses photos à une connaissance physique ou virtuelle c’est s’exposer à de gros problèmes. Nombreux sont les victimes qui ont vu leur vie basculer à cause de cette erreur. Prenons connaissance de l’histoire suivante pour comprendre les risques du ‘‘sexting’’.

Je suis BAD, jeune femme employée au sein d’une entreprise de la place, célibataire sans enfants. Comme la majorité de mes collègues, j’ai ouvert un compte Facebook dans le but de rencontrer mes anciens amis et d’en faire de nouveaux. Suite à plusieurs années d’existence sur ce réseau social, j’ai reçu une demande d’ami d’un certain «FRANCK LANDRY». D’après les informations de son profil: il est français, résidant en région parisienne et célibataire sans enfants à la recherche d’un véritable amour. Dans le rêve d’une vie amoureuse, j’accepte sa demande d’ami dans l’espoir d’entretenir une relation passionnante. La confiance naît au fur et à mesure que les échanges deviennent quotidiens. Cette relation était virtuelle mais pleine d’émotion, il m’a promit venir voir mes parents pour le mariage. J’étais tellement heureuse que j’acceptais toutes ses demandes, l’une d’entre elles était l’envoi de photos et vidéos nues de moi. Au début c’était difficile, mais j’ai accepté de le faire quand il m’a envoyé des photos et vidéo de sa nudité. Des semaines après nos échanges, j’ai reçu une demande d’ami d’un nommé «VIE DE BOURGEOIS». Comme il a «FRANCK LANDRY» comme ami j’ai accepté sa demande. Ce dernier dit détenir mes photos et vidéos intimes, il menace de les publier à condition que j’accepte de coucher avec lui. Cette nouvelle me tourmentait tellement que je cherchais des conseils auprès de mon amoureux français. Celui-ci me conseille de ne pas résigner la condition, ce n’est qu’après ces conseils que je me suis rendu compte que j’étais une victime d’un cyberdélinquant. Prise de peur, j’ai rompu tout contact avec ces voyous. Malheureusement, ceux ci envoient les photos à mon patron afin de mettre la pression de sorte que je puisse donner une réponse favorable à leur condition. Envahie de honte, je ne me rendais plus à mon bureau, jusqu’à ce que l’une de mes connaissances me suggère de porter plainte à la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC).

L'apport technique du Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) à la PLCC, a permis de découvrir l’identité de celui qui se cache derrière ces faux profils. Il s’agit de KPA. Interpellé puis interrogé, le suspect dit être l’utilisateur du compte «VIE DE BOURGEOIS» et que le compte «FRANCK LANDRY» appartient à son ami qui vit en France. Il ajoute qu’il est rentré en contact avec dame BAD parce qu’il voulait avoir des relations intimes avec elle. Il a poursuivi pour dire que cette dernière ayant refusée ses avances, il a demandé à son ami de publier les vidéos sur internet. Les éléments en sa possession ont prouvé qu’il est le responsable de ces deux comptes. Il est par ricochet le responsable de la publication. La moralité de cette histoire est de montrer le danger auquel sont exposés les utilisateurs des réseaux sociaux. Nous vous demandons d’être vigilant et responsable quand vous utilisez internet, car tout ce qui s’y passe n’est pas forcément réel.

BAE a été mis à la disposition du Parquet d’Abidjan. Il pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d’élément d’identification de personne physique et publication d’image à caractère sexuel sur internet.