Article

SON DÉSHONNEUR EXPOSÉ SUR LA TOILE

Les vacances scolaires sont un moment de repos que chacun peut meubler en fonction de ses loisirs et hobbies. Si plusieurs choisissent de voyager, se relaxer ou faire la fête avant la reprise des cours, d’autres par contre optent pour la satisfaction de projets odieux dans le but de nuire aux autres. C’est le lieu de rappeler que les vacances doivent être vécues sainement et que les publications d’images obscènes sont à proscrire de votre programme. Pour mieux comprendre la raison de cette affirmation, vous êtes invités à lire le récit ci- dessous.

KG, âgée de 15 ans, comme tous ses amis compte profiter de ses vacances, qui par ailleurs est une période très prisée pour les élèves et les étudiants. Elle ne s’ennuie pas, diverses activités rythme ses journées. Elle est informée de la tenue d’un match de gala à l’occasion de l’anniversaire de certains de ses amis de quartier. L’idée l’enchante, elle ne compte pas se faire raconter l’événement et confirme sa présence. Le jour venu, KG se rend comme prévu à la fête. La célébration est entamée. Le match terminé, les festivités se poursuivent dans une ambiance joyeuse au sein d’une concession réquisitionnée à cet effet. Ce sont les vacances, il faut s’amuser. KG se laisse conduire par l’euphorie, la fête est belle. Quelques instants plus tard, des jeunes garçons la rejoignent sur la piste de danse. Le lien de sympathie est vite créé entre nos fêtards du jour. Boissons, danses, éclats de rires sont au menu. C’est dans cette ambiance bon enfant que KG est approchée par l’un des jeunes qui émet le désir de lui parler. Mais ce dernier souhaite que cela soit à l’abri des regards et surtout à cause du fort volume de la musique.Voulant profiter de la fête, elle lui suggère de reporter cette entrevue. Le jeune homme n’en démord pas et KG finit par céder. Ils s’éclipsent alors dans l’une des pièces de l’appartement. Contre toute attente son nouvel ami tente de l’embrasser, mais elle esquive. Celui ci, constatant que sa proie refuse de coopérer, lui saisit fortement le poignet. Loin de s’imaginer ce qui allait se passer, KG essaie tant bien que mal de se dégager. Mais cela reste peine perdue, elle se retrouve à terre entrain d’être violée. Fatiguée et pratiquement ivre, elle n’a qu’un dernier recours. Celui de rassembler le peu de force qui lui reste et de crier à l’aide dans l’espoir d’être entendu malgré le bruit assourdissant de la sonorisation. Elle est vite brisée dans son élan quand elle aperçoit la présence d’une tierce personne. C’est TF sourire au lèvre muni d’un téléphone portable dans la même pièce. Elle se rend vite compte qu’elle est victime d’un complot. Après avoir assouvi leur desseins, ces bourreaux lui demandent de ne pas s’inquiéter pour la vidéo et que ce n’était rien de sérieux. C’est toute humiliée et salie que KG regagne son domicile, elle poursuit ses vacances avec la ferme intention de tirer un trait sur ce douloureux épisode. Malheureusement sa quiétude est de courte durée. Mais quelques jours plus tard, son frère aîné choqué, l’informe de la présence sur les réseaux sociaux d’une vidéo d’elle en plein ébats sexuels.

Le Sieur KKJ père de la victime, saisit d’une plainte la PLCC ( Plateforme de lutte contre la Cybercriminalité) afin de situer les responsabilités et de laver l’affront dont fait objet sa fille. Soutenue techniquement par le LCN (Laboratoire de Criminalistique Numérique), les investigations de la PLCC ont conduit au nommé TF . Interpellé puis Conduit dans les locaux de la PLCC, celui ci a reconnu avoir enregistré la vidéo. Il ajoute qu’il l’a partagé à ses amis en prenant soin d’y ajouter photo , noms et prénoms de la victime. À la question de savoir le motif d’une telle attitude de sa part, il a affirmé avoir voulu faire d’elle la risée du quartier.

TF a donc, au terme de l’enquête, été déféré devant le Parquet et pourrait être poursuivi pour enregistrement illégal de données suivie de publication d’image à caractère sexuel sur internet.