Article

VIOLATION DU PROTOCOLE DE TRAVAIL

Avoir du travail n'est pas chose facile de nos jours, il faut donc préserver celui qu'on a en évitant d'être en conflit avec la loi. La tentation est dans tous les secteurs d’activités. Notre sujet du jour concerne les employés des maisons de transferts d’argent. Ils reçoivent très souvent des propositions leur demandant d'effectuer des transactions en passant outre les procédures de travail. Beaucoup ne tombent pas dans la corruption d'autres par contre moyennant une commission.

GKTI est caissier dans une maison de transfert d'argent. Un jour alors qu'il était au travail un client l'accoste pour solliciter son aide. Ce dernier lui explique qu'il a un sérieux problème qui nécessite l'intervention de GKTI. L'inconnu lui dit que c'est une question de vie ou de mort car son grand-frère très malade et dans l'incapacité de se déplacer, doit retirer de l'argent. Il s’agit de mandats envoyés au nom de trois différentes personnes pour les soins de ce dernier. N’étant pas disponible, le petit frère du malade doit trouver une solution. GKTI devait donc lui rendre service en retirant cet argent sans respecter le protocole des procédures de travail. Ému par la situation de cet homme GKTI répond favorablement à la demande de ce dernier. A 3 reprises et à 3 dates différentes, il effectue des paiements en échange d'un pourcentage.

Trois personnes inconnues les unes des autres ont reçu des transferts d'argent. Elles se rendent alors dans des agences sises dans différentes communes Yopougon, Abobo et Cocody pour leur retrait. Grande fut leur surprise d'apprendre que l'argent a déjà été retiré.

Elles déposent plainte chacune à la PLCC, le 6, 19 et 21 mars 2018 pour élucider cette affaire. L'enquête menée a permis d'appréhender le nommé GKTI qui a utilisé ses accès pour effectuer les paiements. Lors de son interrogatoire, il a déclaré avoir effectivement effectué les retraits pour rendre service. Les 3 retraits frauduleux effectués par le suspect pour le soit-disant inconnu étaient en fait l'argent de ces 3 plaingnants.

En somme, il a été conduit devant le Parquet d’Abidjan. Le suspect pourrait être poursuivi pour complicité d’accès frauduleux dans un système informatique suivi de retraits frauduleux.