Article

VOL ET VENTE DE DONNÉES INTERNET

La soustraction du bien d’autrui est punissable selon la loi. Lorsqu’elle s’invite dans le domaine informatique elle s’inscrit dans les infractions cybercriminelles. Elle s’avère préjudiciable autant pour la victime que pour l’auteur de cet acte. En effet ce dernier s’expose à une peine allant de 6 à 20 ans d’emprisonnement selon la loi sur la cybercriminalité.

Une maison de téléphonie mobile de la place constate le rechargement frauduleux et la mise sur le marché de carte sim par le profil Facebook TJ. Ces cartes sim vendues avec des offres internet activées en cachette de la dite société. Une enquête technique est ouverte en interne. Il en ressort que les numéros cédés aux acheteurs, font partie d’un ensemble de numéros ayant reçus des datas sans que la société ne reçoive de contrepartie financière. Il est également découvert que les rechargements sont effectués par deux logins appartenant à deux employés de la société victime, BAP et DSJ. Suite à ce constat imparable, la société dépose une plainte à la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité.

BAP encore en service a été interpellé par le service juridique de la dite entreprise et mis à la disposition de la PLCC. Lors de son interrogatoire, il reconnaît être le détenteur d’un des logins cités. Cela lui permettait de faire des transferts de datas frauduleux pour ses téléchargements personnels. Il en faisait également bénéficier ses amis. Concernant le profil Facebook TJ, vendeur des cartes sim sur Facebook et du numéro utilisé pour cette besogne, il affirme ne rien savoir. Il explique par la suite que DSJ est celui qui lui a montré la faille et comment l’exploiter. Il a soulignait qu’il ignorait le caractère illégale de cette technique. DSJ, deuxième suspect dans l’affaire a démissionné depuis le debut du mois d’Avril 2019 et fait l'objet d'une recherche.

En définitive, le dénommé BAP a été mis à la disposition du Parquet où il pourrait être poursuivi pour vol et vente de données informatiques sur internet.