Interpellations

Interpellations

ATTENTION! VOS ÉCRITS SUR INTERNET PEUVENT VOUS CONDUIRE EN PRISON

L’article 63 de la loi sur la cybercriminalité dit ceci: «Est puni de un à cinq ans d’emprisonnement et de 5 000 000 à 20 000 000 de F CFA d’amende, le fait pour toute personne de diffuser ou de mettre à disposition d’autrui par le biais d’un système d’information, sauf à destination des personnes autorisées, un mode d’emploi ou un procédé permettant la fabrication de moyens de destruction de nature à porter atteinte à la vie, aux biens ou à l’environnement». C’est ce à quoi s’expose KTD. Nous vous relatons les faits.

LE RETRAIT INITIÉ À DISTANCE, UN NOUVEAU PROBLÈME

La fraude sur porte-monnaie électronique est toujours l'infraction la plus récurrente en cybercriminalité dans notre pays. Nous demandons aux détenteurs de comptes électroniques d'être vigilants face à tout ce qui concerne leur compte. Car il y a des appels téléphoniques des personnes qui prétendent avoir effectué des dépôts par erreur. Quelque soit l'histoire qui vous est racontée, ne consultez pas votre solde immédiatement au risque de confirmer le retrait lancé par ces cyberdélinquants avant de vous joindre. Nombreux sont les victimes de cette pratique. Poursuivez la lecture pour voir comment procèdent ces cyberescrocs.

VOL ET VENTE DE DONNÉES INTERNET

La soustraction du bien d’autrui est punissable selon la loi. Lorsqu’elle s’invite dans le domaine informatique elle s’inscrit dans les infractions cybercriminelles. Elle s’avère préjudiciable autant pour la victime que pour l’auteur de cet acte. En effet ce dernier s’expose à une peine allant de 6 à 20 ans d’emprisonnement selon la loi sur la cybercriminalité.

Pages

S'abonner à RSS - Interpellations