Bienvenue sur le site web officiel de la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité. >>> Signalement en ligne <<<

TRISTE FIN POUR LE « PRESIDENT LUCATONY »

Une grande tête de la famille des cyber escrocs vient de tomber. En effet, suite à la plainte d'une victime en provenance de Suisse, relative à une arnaque aux faux sentiments dont elle a été victime à hauteur de 40.000.000 FCFA, les fins limiers de la PLCC, exploitant les informations de la dite plainte, ont interpellé à Yopougon Niangon, le nommé KAMENAN BEDI ALPHONSE LUCAS alias « Président Lucatony ». Il était accompagné de son acolyte, le nommé KESSE JEAN YVES,qui avait tenté de faire disparaître le téléphone portable du « Président Lucatony » lors de leur interpellation. Les investigations techniques ont révélé les contacts de toutes ses victimes qui sont essentiellement françaises et suisse.

Fin de course pour un adepte de l'arnaque aux faux sentiments

Les équipes de la PLCC ont procédé à l’interpellation du nommé DAKOSSI ELISEE, à la suite d’une plainte déposée pour délit de faux, usage de faux, escroquerie et complicité d'escroquerie sur internet portant sur 2.989.575 FCFA.
La plainte est survenue après que le plaignant se soit rendu compte que sa dulcinée était en réalité un cybercescroc qui lui inventait des histoires pour lui soutirer de l'argent. En effet, DAKOSSI ELISEE a envoyé à la victime la photo d'une jeune fille en se faisant passer pour celle ci. A la suite de leurs échanges la victime en est tombé amoureux et lui a expédié plusieurs mandats de Western Union.

Les investigations techniques réalisées par la PLCC ont permis de tracer les retraits de ces mandats western union ainsi que l'identification et la localisation du destinataire de ceux ci à savoir le nommé DAKOSSI ELISEE.

Deux caissières mises aux arrêts pour le détournent d’un mandat de plus de 2.8 millions FCFA

Les équipes de la PLCC ont procédé à l’interpellation des nommées KOUAME NADEGE REINE et OUATTARA MARIAM, à la suite d’une plainte déposée pour détournement de mandat d’une valeur de 2.800.000 FCFA. La plainte est survenue après que le plaignant ce soit rendu dans un établissement bancaire pour le retrait d’un mandat à lui adressé, sans pouvoir entrer en possession de son argent. En effet, muni de son bordereau d’envoi, le plaignant s’est rendu dans un premier point de retrait dans la commune de Vridi. Après avoir pris connaissance du bordereau d’envoi, la caissière répondant au nom de KOUAME NADEIGE lui a signifié qu’elle ne pouvait procéder au paiement prétextant qu’elle avait déjà atteint son quota journalier de transactions autorisées. S’étant rendu dans une seconde agence du même établissement bancaire, le paiement n’a pu être effectué pour les mêmes motifs.

Pages

S'abonner à Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité RSS